Ensemble, avec sérénité…

« Ensemble avec sérénité ! », cette formule utilisée par la présidente de l’OTRE, Aline MESPLES, lors de la cérémonie des vœux de l’OTRE le 23 janvier dernier, est à elle seule révélatrice de la manière dont notre organisation professionnelle souhaite travailler pour la défense et au service des entreprises du transport routier de marchandises comme de personnes.

S’il y avait un message à retenir des propos de la présidente c’est certainement la volonté de l’OTRE de s’impliquer toujours davantage pour un secteur bousculé plus que d’autres, sans doute, par les défis de la globalisation et de la révolution numérique notamment.

À un moment précis où l’on parle d’une faillite générale des corps intermédiaires, où la parole des partenaires sociaux comme celle des politiques, est rejetée pour ne pas dire méprisée, Aline MESPLES a rappelé combien les valeurs républicaines fondent ce qui est à même de faire vivre le dialogue social mais, au-delà, la légitimité et le bien fondé d’une action toujours respectueuse de l’altérité.

« Ensemble et avec sérénité » est comme un slogan venu rappeler qu’au cœur de la défense des intérêts économiques et sociaux d’une branche essentielle à la valeur ajoutée du développement de notre nation, la place première reste à l’humain. Ce qui, autrement dit, signifie que ni les vociférations, ni les hurlements, ni la vulgarité et la grossièreté qui alimentent les réseaux sociaux, anonymement le plus souvent, ni bien entendu la violence physique, ne remplaceront la parole exprimée dans le mandat donné à une organisation qui porte les aspirations et les revendications d’un ensemble de personnes, hommes et femmes du travail quotidien.

« Ensemble et avec sérénité ! » claque comme l’étendard d’une synthèse de ce que d’aucuns ont pu nommé respect, dignité, dialogue argumenté, appuyé moins sur l’impression, le ressenti ou le présupposé que sur la raison construite de la réflexion argumentée issue de l’échange. C’est ce qui s’appelle être légitime !

« Ensemble avec sérénité ! » exclu une parole personnelle en face de ceux qui nous gouvernent et ont, eux, mandat populaire de prendre des décisions. C’est une parole de l’ensemble que porte une organisation professionnelle. Intermédiaire précisément entre base et sommet, comme les artères sont les intermédiaires essentielles entre cœur et cerveau. Et plus les artères sont solides mieux l’alimentation, l’oxygénation de l’ensemble est sans risque majeur ! Obstruez les artères et surviennent les complications physiques, voire psychiques… Le corps ne fonctionne plus et le danger devient mortel. Toute sérénité disparaît.

« Ensemble avec sérénité ! » ne signifie ni faiblesse, ni compromis. Au contraire. Si l’ensemble nécessite le nombre, la sérénité suppose la conviction forgée dans la réalité par l’expérience vécue et éprouvée… Et plus elle est fondée sur le roc d’une légitimité collective plus elle est nécessairement sereine. Elle s’oppose à la réaction irrationnelle parfois née d’une douleur qu’elle qu’en soit la nature ou la légitimité mais qui reste personnelle et individuelle…  Image sans doute éculée voire vieillotte dans un monde qui semble mettre en exergue le virtuel au même niveau que la relation interpersonnelle. Qu’on y réfléchisse cependant. Ceci explique peut-être cela dans la crise actuelle du mandat représentatif, dans la défiance supposée envers les corps intermédiaires…

« Ensemble avec sérénité ! »  L’expression semblera, peut-être à beaucoup comme des mots qui n’apportent rien au débat. Seule l’action compte… On peut répondre « Sans doute… » mais c’est oublier bien vite que l’action pour l’action est de l’agitation, souvent individuelle… Les mots sont créateurs. Les choisir et les utiliser n’est jamais vain : « Les mots sont comme les glands… Chacun d’eux ne donne pas un chêne, mais si vous en plantez un nombre suffisant, vous obtiendrez sûrement un chêne tôt ou tard. » écrivait William FAULKNER.

Et quoi de plus solide et de plus serein qu’un chêne ? Effectivement : un ensemble de chênes !

 

Philippe BONNEAU

 

 

Téléchargez l'article en PDF : Download PDF