Les mesures préfectorales relatives aux limitations d’approvisionnement en carburant n’y font rien. La situation a de quoi alarmer les transporteurs routiers.

« Un poids lourd c’est en moyenne 28 à 30 litres aux 100 km et un réservoir peut contenir quelque 800 litres. Avec 120 litres autorisés par prise, vous imaginez bien qu’on ne va pas aller bien loin… », observe Jean-Marc Montagnac, secrétaire général de l’OTRE PACA.

Extrait du Var matin :

Visibilité limitée

Le Toulonnais fait écho à la problématique de toute une profession. « On limite, mais encore faut-il qu’il y ait des produits ! Même sur le réseau AS 24 (filiale de TotalEnergies dédiée aux professionnels du transport, Ndlr), 80 % des stations sont en rupture », note-t-il.

« Les grosses structures de transport ont pu anticiper grâce à leurs énormes citernes de 38 000 litres, mais ensuite, vient le problème de la prochaine livraison et de la quantité livrée… Cela peut réduire la visibilité à une semaine, dix jours. Quant aux plus petites structures qui ont d’un à vingt camions, elles n’ont pas de citerne et là, ça va coincer inévitablement lorsqu’il va falloir passer à la pompe. Sans parler du temps d’accès aux stations…», poursuit-il, tout en précisant que pour le moment il n’y a pas de camions à l’arrêt dans nos secteurs. Pour combien de temps encore?

Lire l’article

Fichier PDF

Téléchargez l'article en PDF : Download PDF