Transport routier de marchandises
Financement des infrastructures : l’OTRE réitère sa ferme opposition à toute taxation supplémentaire des poids lourds

 

Le 9 avril, les organisations professionnelles ont été de nouveau reçues par le ministère des transports sur la question du financement des infrastructures.

Cette réunion avait pour objet l’examen des données chiffrées sur le bilan des prélèvements et coûts liés à la route et fourni par le ministère, en réponse à la demande d’audit financier réclamé par la profession sur les recettes de la route et leurs affectations, ainsi que les dépenses.

Les organisations professionnelles ont pu confronter leur propre analyse à celle du ministère. Si les éléments liés aux prélèvements et aux coûts internes ne suscitent que peu de commentaires, les données présentant les coûts externes (pollution, CO2, bruit et insécurité) amènent un désaccord profond dans leur appréciation et leur chiffrage.

L’OTRE est très perplexe sur la méthode de calcul et d’appréciation des coûts externes présentée. Elle la juge très aléatoire et à ce stade très imparfaite. L’OTRE n’est pas dupe de l’objectif recherché. Il semble que le ministère souhaite démontrer en agrégeant les coûts externes que le transport routier de marchandises présente un bilan négatif dans sa contribution globale au financement des infrastructures, justifiant par la même, la mise en œuvre d’un financement supplémentaire supporté par le secteur.

L’OTRE réaffirme fermement son opposition à toute taxation supplémentaire du transport routier de marchandises déjà fortement contributeur au financement des infrastructures.

 

Contact presse :
Jean-Marc RIVERA, secrétaire général
06 30 12 37 37
jeanmarc.rivera@otre-direction.org

 

Fichier PDF

Téléchargez l'article en PDF : Download PDF