Dans un communiqué de presse du 10 novembre le lobby écologiste France Nature environnementale se félicite de l’avis rendu par le rapporteur public du Conseil d’État dans une affaire déposée par une de ses composantes, Alsace Nature contre la suspension de l’écotaxe. L’association se félicite que le rapporteur public suive ses motivations et déclare « Il est permis d’espérer que les conclusions du rapporteur public marquent un premier pas en direction du déploiement de véritables solutions aux problèmes de qualité de l’air… ».

Ce faisant, l’association prouve à nouveau son dogme anti-camions en énonçant des contre-vérités, avec pour but de faire pression sur les juges. En effet, l’association écologiste laisse croire que l’écotaxe serait une mesure favorable à l’amélioration de la qualité de l’air.

D’une part, en affirmant cela, FNE oublie de mentionner que l’écotaxe était une taxe sur la circulation, et non une taxe environnementale. D’autre part, en soutenant que la taxation des camions sur les routes nationales hors milieu urbain améliorera la qualité de l’air, l’association induit volontairement l’opinion publique et les juges en erreur. La loi sur la transition énergétique a posé comme objectif l’amélioration de la qualité de l’air en milieu urbain, là où sont concentrées les émissions polluantes nuisibles à la santé.

L’OTRE dénonce ces manipulations dont l’objectif n’est pas « l’amélioration de la qualité de l’air » mais bel et bien de mettre à mal l’activité économique de transport routier et ses dizaines de milliers de PME.

L’OTRE rappelle que pour respecter les engagements européens de la France sur la fiscalité routière, elle avait proposé l’instauration d’une vignette qui aurait fait payer tous les camions circulant sur les routes nationales, y compris les poids lourds immatriculés à l’étranger. Cette solution a été écartée par le gouvernement au profit d’une augmentation de la fiscalité du gazole qui fait peser ses recettes à 90 % sur les entreprises françaises.

Après les tentatives de retour de l’écotaxe par le biais des régions, l’OTRE dénonce ce nouvel essai de remettre à l’ordre du jour une solution éculée.

L’OTRE reste et restera vigilante sur toutes velléités de revenir à l’écotaxe alors qu’il existe d’autres options.

Fichier PDF

Téléchargez l'article en PDF : Download PDF