INVITÉ RTL – Jean-Marc RIVERA secrétaire général de l’Organisation des transporteurs routiers européens revient sur le rapport d’experts concernant l’accident de Puisseguin.

 

 

Le 23 octobre 2015, 43 personnes étaient mortes dans l’accident de Puisseguin (Gironde) après la collision d’un autocar avec un camion. Dénonçant la présence de matériaux toxiques, de dispositifs de sécurité mal adaptés et d’un réservoir de gazole non homologué pour expliquer ce drame, des experts ont appelé mardi 8 août à renforcer les normes de construction des véhicules. « L’ensemble des éléments évoqués par le bureau doivent avant tout être analysés avec les constructeurs« , estime Jean-Marc RIVERA, secrétaire général de l’Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE).

Pour éviter qu’un tel drame ne se reproduise, peut-être faudra-t-il désormais mieux choisir les matériaux posés sur les parois des autocars, au sol, de façon à ce que des feux éventuels se propagent moins rapidement.

« Aujourd’hui, les matériaux qui sont mis dans les autocars nous sont déclarés comme étant ignifugés. Donc on pourrait imaginer que les autocars soient déjà protégés de ces éléments-là. Or, nous ne pouvons que constater à travers cet accident et d’autres qu’il y a certainement des progrès à obtenir pour éviter que l’autocar s’enflamme rapidement », affirme Jean-Marc RIVERA. « Je pense exclusivement et essentiellement aux matériaux à l’intérieur des véhicules. Ce sont les éléments qu’il va nous falloir analyser« , note-t-il.

 

Être aussi strict que dans les avions

Le rapport d’experts estime que les règles dans les autocars doivent être revues, pour être aussi strictes que dans les bateaux et les avions. « Si on parle des règles d’évacuation de l’autocar, il est clair qu’aujourd’hui, il n’y a pas de règle précise et déterminée, ou d’obligation comme on peut l’avoir dans un avion« , souligne Jean-Marc RIVERA.

Téléchargez l'article en PDF : Download PDF